icon_citationLa Société Française d’Histoire du Sport (SFHS) est une association composée principalement d’universitaires et de professeur.e.s agrégé.e.s appartenant au champ des STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). Après un premier élan dans les années 1980-1990, elle renaît au début des années 2000. Elle se donne comme fonction d’instiller une dynamique de reconnaissance à une discipline qui mérite de dépasser le cercle intime des initié.e.s pour s’épanouir, par ses analyses pertinentes, dans une société où « le sport appartient à tout le monde ».

Edito SFHS n° 16 Spécial CNU Un avenir plus rose pour les SHS !

Comme vous le savez, les rapports de forces ont été complexes ces dernières années au sein du CNU STAPS, avec un fort déséquilibre en faveur des collègues en sciences de la vie aux dépens de ceux qui œuvrent en sciences humaines et sociales. La campagne 2019 a donc été l’occasion de faire remonter le fort mécontentement et, parfois même, la colère d’une grande partie de la communauté STAPS. C’est la raison pour laquelle une alliance a été faite entre les six listes qui représentent toutes les sous-disciplines scientifiques du champ des STAPS et notamment les sociétés savantes (AFRAPS, ARIS, SFHS, SFPS, S2MS, 3SLF). Cette alliance a défendu quatre points importants : • Faire reconnaître la diversité et les normes des cultures scientifiques ; • Proposer une nouvelle gouvernance axée sur une collégialité des décisions et un fonctionnement transparent et démocratique ; • Rompre avec certains anciens usages ; • Ouvrir un vrai dialogue avec les autres instances de la communauté STAPS (HCERES et C3D). Après l’ouverture de la réunion d’installation (mercredi 27 novembre 2019 à Paris) où se sont réunis 34 des 36 membres élu-e-s et nommé-e-s, deux candidat-e-s se sont présenté-e-s à la présidence : Christophe Bourdin (en succession de Vincent Nougier) et Oumaya Hidri Neys (représentant la liste d’union « Unité et respect des singularités scientifiques en STAPS » à laquelle participe activement la SFHS). Après que tous deux aient présenté leurs projets respectifs, une discussion dans un climat relativement apaisé. Au final, Christophe Bourdin a été élu avec 18 voix contre 15 voix pour Oumaya Hidri Neys (avec deux votes blancs). Autant dire que les cartes ont été redistribuées par rapport à la précédente mandature. Aussi, la négociation entre les deux tours pour les autres postes du bureau a permis un rééquilibrage important des forces et a ainsi vu l’élection d’Oumaya Hidri-Neys au poste de VP rang A, de Romain Baurès au poste de VP rang B et de Sylvain Ferez au poste d’Assesseur rang B. Nous n'avons malheureusement pas atteint notre objectif d'accéder à la présidence de la section, mais le travail collectif mené depuis des mois nous a permis d'être bien représenté au bureau. Il convient aussi d’ajouter que les collègues élu-e-s et nommé-e-s de la nouvelle mandature nous ont donné des signes d'écoute et d'ouverture inédits. Cela faisait bien longtemps que cela n’était pas arrivé ! Nous resterons bien évidemment vigilant-e-s lors des prochaines réunions et essaieront de trouver les ajustements nécessaires pour faire entendre nos voix et nos sensibilités. Affaire à suivre… Thomas Bauer & Jean-François Loudcher Membres élus de la liste « Unité et Respect des singularités scientfiques en STAPS » et représentants de la SFHS